Rue et coronavirus : l’impossible confinement

La situation des personnes sans-abri, déjà compliquée en temps ordinaire, est à présent particulièrement inquiétante. Pour eux, le confinement est quasiment impossible : l’accueil dans certaines structures de jour sont suspendues, les abris de nuit ne sont pas forcément adaptés aux normes distanciation sociale, etc. Par ailleurs, les nouvelles structures mises en places ne sont pas toujours pensées ni adaptées pour les sans-abris qui ont des addictions ou qui ont des animaux de compagnie. De même, il n’est pas toujours possible de se laver ou se désinfecter les mains partout, encore moins en rue. Enfin, les rues étant désertes, l’aumône n’est plus une option pour la plupart d’entre eux.

État des lieux en Belgique francophone (selon nos données et informations actuelles).

Bruxelles

Dans la capitale, les deux centres d’hébergement d’urgence (nuit) sont toujours ouverts. Le centre Ariane continue d’accueillir les personnes en priorisant les personnes vulnérables et en continuant sa permanence téléphonique. L’autre centre, la Pierre d’Angle, reste ouvert mais ne procède plus à de nouveaux accueils : les nouveaux arrivants sont réorientées vers le nouveau centre d’isolement du Samusocial (voir plus bas). Certains centres d’accueil de jour ont par contre été contraints de suspendre leurs services : Bij Ons – Chez Nous, La Fontaine Bruxelles et La Source – La Rencontre. D’autres lieux restent ouverts, mais avec un accès limité à leurs services : distribution de repas, douches, sanitaires, éviers pour se laver les mains. La liste complète ici.

En ce qui concerne les nouveaux aménagements, le centre Croix-Rouge de Trèves (Etterbeek) dispose, depuis mardi 17 mars, d’un étage consacré au confinement des personnes infectées par le virus. Cet étage comprend 16 places de confinement isolées. Pour l’instant, cinq personnes y sont confinées. Deux autres individus ont été testés négatifs et ont pu repartir.

De plus, la commune d’Etterbeek a réquisitionné un hôtel ayant récemment fermé ses portes afin de permettre aux sans-abris non pris en charge par des centres d’hébergement de se confiner. L’action se mène en collaboration avec la direction et le personnel de l’hôtel et le service Prévention de la commune. Les repas sont quant à eux assurés par le CPAS local. Le 24 mars, la commune de Forest a annoncé qu’un hôtel a été réquisitionné pour accueillir 40 personnes, dans les mêmes modalités qu’à Etterbeek.

Le Samusocial a ouvert un centre d’isolement pour personnes hébergées présentant les symptômes du Covid-19, à la fois pour permettre un isolement et pour protéger les autres hébergés. Le centre d’isolement comprend 19 lits (pour 6 chambres), 6 douches, une salle à manger et des équipements de détente (lecture/TV).

Médecins sans frontière (MSF) a pour sa part annoncé l’ouverture d’une structure pouvant accueillir jusqu’à 50 lits, dès jeudi 26 mars, à Bruxelles. Cette structure, qui devrait à terme déployer 150 lits, permettra la prise en charge, l’isolement et le traitement des malades. En outre, MSF a déployé une équipe mobile de détection et de prévention. Cette structure sera un centre de triage pour personnes sans-abri et réfugiées, qui devrait se situer à Tour & Taxi.

Côté distribution de colis alimentaires, le CPAS de la Ville de Bruxelles et les Restos du Cœur de Laeken ont ouvert un nouveau lieu de distribution, situé rue de Vrière. Les distributions auront lieu les mercredi et vendredi. Les autres lieux restant ouverts (liste ici). Sinon supprimer la phrase. Les Restos du Cœur de Saint-Gilles organisent eux aussi une distribution de colis alimentaire cinq jours par semaine pour les personnes inscrites sur les listes (un jour par semaine est attribué aux personnes en fonction de leur place dans la liste (alphabétique)). La distribution des repas a lieu à la porte du Resto entre 11h00 et 13h00. Les services de petit déjeuner et de restauration du midi sont, eux, interrompus. D’autres centres distribuent de l’eau, du thé, du café, et des soupes.

Les besoins concernant l’utilisation des sanitaires, douches, et éviers afin de se laver les mains sont également pris en compte par un certain nombre d’acteurs.
Qui plus est, la commune de Saint-Josse et son service de proximité ont pris la décision de permettre l’accès aux douches des Bains de Saint-Josse, à raison d’une heure par jour (de 9h à 10h), quatre jours sur la semaine. Les mardi et jeudi sont réservés aux femmes, les mercredi et vendredi aux hommes.

Liège

Les abris de nuit (de Liège et de Saint-Laurent) ont été fermés car leurs lieux rendent impossible le respect des normes de distanciation sociale. Cependant, le Gouvernement wallon et la Province de Liège, en collaboration avec plusieurs communes liégeoises et le Relais social du Pays de Liège, ont mis en place le « Collectif Astrid 2020 » : le point d’accueil est situé au parc Astrid, au nord de Liège, et comprend une permanence socio-médicale, des douches et sanitaires, une distribution de nourriture, ainsi que des tentes et des matelas permettant de respecter les distances d’isolement. En revanche, aucun bâtiment inoccupé ou vide n’est réquisitionné. Les tentes constituent la seule solution de logement à l’heure actuelle malgré la mauvaise protection face au froid, pouvant aggraver des fragilités pulmonaires. Des idées seraient actuellement étudiées comme la mise à disposition de chalets en bois ou la réquisition de chambres d’hôtel, d’après le bourgmestre Willy Demeyer.

Il est par ailleurs possible de distribuer des vivres pour les personnes sans abri, dès le 24 mars, et ce trois fois par jour, à la Maison intergénérationnelle d’Outremeuse, à la Maison intergénérationnelle de Sainte-Walburge,et par les services sociaux de Proximité de Grivegnée. Les restaurateurs qui disposeraient de denrées périssables sont également invités à contacter le collectif Astrid 2020 : toutes les informations ici. De la même manière, il est possible d’effectuer des dons par virements.

Du côté de la commune de Seraing, les services d’Abri de jour et de nuit sont aménagés : l’Abri de jour ferme ses portes mais continue de distribuer des repas, tandis que l’Abri de nuit, en plus de changer son heure d’ouverture (de 21h00, on passe à 22h00) a déménagé, depuis le mercredi 18 mars, vers la salle de la Maison du Combattant située rue Morchamps, afin d’assurer des distances suffisantes entre les lits.

Charleroi

A Charleroi, la décision a été prise de réduire la capacité de l’abri de nuit de Dourlet et l’abri de nuit supplétif, afin de permettre d’assurer une distance suffisante entre hébergés. La Ville de Charleroi, en collaboration avec les acteurs de terrain, le Relais social et le CPAS ont, en conséquence, pris la décision de réquisitionner trois bâtiments pour permettre l’accueil de nuit et de jour. Un abri de nuit unique installé dans le hall sportif du COS (Parc des Sports) et qui pourra accueillir jusque 60 personnes dans des conditions de sécurité et de distanciation sociale. En outre, un espace de quarantaine sera installé au sein de l’internat La Garenne pour les personnes sans abri touchées par le COVID-19 ou présentant des symptômes. Il dispose d’un maximum de 30 places avec chambres individuelles et sanitaires. Enfin, une structure d’accueil de jour sera gérée par l’asbl Le Rebond ; elle se situera dans le hall sportif de la Maison pour Associations à Marchienne-au-Pont (possibilités de toilettes, de prendre une douche et un café).

Parmi les maisons d’hébergement pour hommes, L’îlot, situé à Jumet, dispose de 25 lits et restera ouvert. Même scénario au Triangle, situé à Mont-sur-Marchienne, maison d’accueil (jour/nuit) pour les familles, dont la situation reste très délicate. D’après un récent article, 1/4 du personnel a été renvoyé chez lui par mesure de précaution et seul l’hébergement est encore assuré. D’après les travailleurs de terrain, si un cas de coronavirus devait s’y déclarer, il serait difficile d’y faire face en l’absence de local d’isolement et d’encadrement adéquat.

Mons-Borinage

Pour ce qui est de la ville de Mons, un abri de nuit a été installé au Stade Tondreau ainsi que des tonnelles dans la cour de l’Escale concernant l’abri de jour.

Le Foyer Saint-Augustin, à Mons, continue de distribuer des colis alimentaires mais est confronté aux épuisements de stock des grandes enseignes. Même situation à Colontaine, où l’association La Petite Maison du Peuple a lancé un appel à leur fournir des vivres. Du côté de Quiévrain, les Restos du Cœur locaux ont du suspendre leur distribution de colis.

Namur

À Namur, les personnes sans-abri sont invitées à se rendre au hall omnisport de Jambes /  Basse Enhaiv (rue Albert Michiels), spécialement aménagé pour pouvoir accueillir 65 personnes en respectant la distanciation sociale. L’espace est également muni de douches et de sanitaires, tandis que la distribution de repas est gérée par le CPAS de la Ville de Namur. L’association Une Main tendue prend en charge la distribution de colis alimentaires, à l’arrière du bâtiment, rue Piret Pauchet 57.

Wavre

Le lieu d’accueil Un Toit un Coeur a communiqué le message suivant : « au vu des décisions gouvernementales de ce jeudi 12/03/2020 et pour la protection de  notre collectivité, nous sommes contraints de fermer le lieu d’accueil « Un Toit Un Cœur » jusqu’au 3/04/2020 inclus. Une permanence téléphonique (010/88-13-80) sera maintenue pendant les heures d’ouverture (9h-16h30). Si de nouvelles directives nous parviennent, nous adapterons notre décision. ».

Et maintenant ?

Il est impossible, compte tenu des situations des services de première ligne, de confiner les personnes contre leurs volontés. Les organismes comme le Samusocial, la Croix-Rouge et bien d’autres, sensibilisent déjà aux réflexes à avoir, mais, comme l’expliquait Christophe Thielens au micro de la RTBF : « On travaille avec un public à risque, à qui on peut dire de se laver les mains et transmettre les mesures d’hygiène, mais il ne s’en soucie pas toujours. » Ce dernier a d’ailleurs confirmé que la Région wallonne a renforcé le dispositif mobile servant à identifier les personnes qui, dans la rue, présenteraient des symptômes.

De l’avis des acteurs de première ligne, il est nécessaire et urgent de prioriser les tests pour les personnes vulnérables, dont les sans-abri, a fortiori ceux présentant des symptômes. Cette demande émane notamment de l’ASBL Infirmiers de rue, qui a lancé, vendredi, un appel à un dépistage pour les personnes sans-abri.

Pour notre part, nous fournirons des mises à jour via le monitoring et des articles réguliers se centrant sur des situations locales spécifiques.

Pour finir, nous répertorions des adresses web utiles et autres groupes facebook d’entraide et solidairité  :

– Groupe facebook « Solidarité Bruxelles Coronavirus »
– Groupe facebook « Solidarité Coronavirus Liège »
– Page web de la Fédération des Maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s